83270 Saint-Cyr/Mer
+33(0)6 61 28 64 95
opalitude@frederic-briones.fr

COVID 19 – l’épreuve (à venir) du SENS

Manager autrement

COVID 19 – l’épreuve (à venir) du SENS

Viktor FRANKL a fondé sa thérapeutique (la logothérapie) sur l’hypothèse que l’être humain a un besoin irréductible de signifiance. Pour dépasser l’obstacle, outre le besoin de ressources et de volonté, il a avant tout besoin d’y trouver ou de pouvoir élaborer un Sens.

Aussi, il me semble intéressant d’initier une réflexion sur l’« après », qui devra sans doute tenir compte de ce qui se passe actuellement afin formuler une nouvelle façon d’être dans l’« ici et maintenant » pour agir.

Loin de moi l’envie de jouer les prophètes de malheur, ou d’animer un débat politique, mais j’ai envie de partager ici quelques réflexions ou idées paradoxales qui me sont venu au levant, et d’éviter que le COVID ne rime aussi avec « Gros vide ».
Ce faisant, je cède en fait ici à mon propre besoin de trouver du sens.

Avant COVID 19 / Aujourd’hui et demain ?

Le monde sans COVID 19 : Le monde va de plus en plus vite et la réactivité et l’agilité semblent être des valeurs absolues du 21eme siècle

Après COVID 19 : L’économie et la société sont mis au ralenti, voire à l’arrêt. La nécessité et la pertinence de cette vélocité sont-elles à questionner ?

Le monde sans COVID 19 : La rigueur budgétaire doit s’imposer à toutes les grandes institutions publiques soumises à l’injonction de rentabilité

Après COVID 19 : La crise souligne-t-elle qu’il doit y avoir des activités qui échapperaient aux règles de l’économie rentable ?

Le monde sans COVID 19 : L’austérité et l’orthodoxie budgétaire cadrent au plus près les dépenses publiques et la règle des 3% est l’alpha et l’Omega afin de ne pas laisser la charge de la dette aux générations futures

  • Après COVID 19 : On se prépare à soutenir « coûte-que-coûte » des pans entiers de l’économie, de la protection sanitaire et sociale et faire tourner la « planche à billets » sans discours ni question sur l’après, sur les coûts et les déficits à venir.

Le monde sans COVID 19 : Tout besoin de consommation peut être satisfait en quelques heures en magasin ou dans votre boite aux lettres. Nos écrans sont des espaces de stimulation marketing et de sollicitations commerciales quasi permanents

Après COVID 19 : L’événement COVID 19 nous invite-t-il à repenser nos modes de consommation et de revenir à plus de frugalité ?

Le monde sans COVID 19 : Les modèles marketing de la grande distribution proposent des rayons pleins, avec une immense diversité, sans ruptures de stocks visibles et associent abondance et insouciance /

Après COVID 19 : Les pénuries et les limitations se créent pour raisons valables ou des réflexes ataviques et questionnent sur la gestion de la peur des populations.

Le monde sans COVID 19 : L’école pour toutes et tous : non seulement un lieu d’apprentissage, de mixité sociale, mais aussi une fonction de soutien à l’économie réelle qui permet aux parents d’aller travailler

Après COVID 19 : La fermeture des écoles, des collèges et lycées donne la mesure de l’utilité de l’institution et questionne sur la manière de se former « autrement »

Le monde sans COVID 19 : La grippe tue 600 000 personnes, essentiellement dans les mêmes tranches de population qu’avec le COVID, chacune de ces dernières années sans que ne soit mise à l’arrêt.

Après COVID 19 : Qui signifie cette nouvelle maladie ? Quelle est sa particularité qui justifie un tel régime d’exception ?

Le monde sans COVID 19 : La solidarité et le courage national s’expriment en gardant une « activité normale » /

Après COVID 19 : La solidarité consiste à protéger l’autre avant soi, en évitant les postures et les bravades, à « la japonaise »

  • Le monde sans COVID 19 : L’être humain est un être social (cf. Adler), il a un besoin fondamental d’interaction et d’appartenance /
  • Après COVID 19 : la relation et la présence physique à autrui peut aussi être source de danger et d’incertitude. Quid du sentiment de danger et de culpabilité pour les « porteurs sains » ?

Le monde sans COVID 19 : Toute la culture et le divertissement sont faciles d’accès : cinéma, musées, bibliothèques, bar, espaces loisirs.. /

Après COVID 19 : Retour au minimalisme : lecture, jeux de société, devoirs à la maison… Savons-nous nous occuper avec peu ?

Le monde sans COVID 19 : L’internationalisation et la globalisation sont la norme depuis 30 ans ; le libéralisme n’a aucune limite géographique dans sa recherche de marges et d’efficacité économique /

Après COVID 19 : L’intrication des économies et des productions provoque et démontre la vulnérabilité et l’interdépendance des productions et de l’activité des différents pays

Le monde sans COVID 19 : La performance financière et la croissance économique semblent justifier une certaine forme de procrastination et d’attentisme face à l’urgence écologique /

Après COVID 19 : Le virus a provoqué un ralentissement économique qui a un effet visible quasi-immédiatement sur la pollution de l’air dans les pays « grands pollueurs » ; comme si Dame Nature s’était chargée de faire ce que le politique n’a pas sur faire lui-même ?

Le monde sans COVID 19 : Les EPAHD sont des espaces pour encadrer et environner les personnes âgées, toute en les maintenant socialisées et entourés. /

Après COVID 19 : L’isolement imposé des personnes âgées engendre une souffrance psychologique et des angoisses chez ces mêmes personnes âgées qui ne peuvent bénéficier des visites de leurs proches. Quid du lien entre santé physique et psychologique dans ces lieux « à part » ?

Le monde sans COVID 19 : La confiance (dans nos leaders, dans l’avenir…) et l’espoir sont des éléments clés de l’économie /

Après COVID 19 : Comment restaurer au plus vite la confiance et la capacité de se projeter et d’entreprendre quand tout peut s’arrêter en moins de 72 heures?

Le monde sans COVID 19 : beaucoup de question sur l’humour et le rire ces derniers mois avec la ritournelle du « peut-on vraiment rire de tout ? » /

Après COVID 19 : l’humour est omni-présent sur les réseaux sociaux et on y devine le besoin vital de distanciation, qui est un élément clé de résilience individuelle et collective.

Parmi tant d’autres, quelques sujets pour alimenter la réflexion, le besoin de cohérence, de cohésion au sein des équipes et par-dessus tout le besoin de sens dans l’Entreprise comme dans la Société.

Prenez soin de vous et de vos proches